Sous-pression

de Pascal Jahouel

sous pression pascal jahouel

Bertrand-Hilaire Lejeune, dit B H L, officier de police en délicatesse avec sa hiérarchie pour avoir quelque peu contrevenu aux usages dans la maison poulaga est envoyé en mission au Havre pour enquêter sur la mort très très curieuse d’un honorable médecin, victime d’un accident de plongée.

À peine arrivé dans la place notre héros découvre un nouveau cadavre, puis un autre… et ne tarde pas à réaliser que les victimes, deux médecins, se connaissaient et partageaient jadis une passion : la voile. Ce goût pour la navigation – en eaux troubles ? – est-il la clé du mystère ?

L’angleterre n’est pas si loin et de nombreux clandestins tentent chaque jour de s’y rendre par tous les moyens…

Points forts

- Une langue très verte.

- Une amusante plongée dans la bourgeoisie havraise.

- Une description très originale de la ville et de son architecture.

- Un enquêteur vraiment à part, gauchiste impénitent, grand buveur, mais intègre et somme toute très efficace.

- Deuxième opus des enquêtes de BHL publié aux Éditions Lajouanie (voir le premier opus "Un temps de chien!").

18,00 €

≡ Cet ouvrage au format numérique (ebook)

Extraits

«  Sa compagne, boudeuse, n’avait guère daigné lever la truffe de son bouquin depuis l’appareillage du Havre. C’était peu dire que l’agitation, somme toute feutrée, de son amant ne la remua pas plus que ça. Elle lécha son index et tourna une page.  »

***

«  Je me retrouvai ficelé, comme un vulgaire bout de barbaque sur un billot, ligoté de la tête aux pieds sur une chaise paillée, au beau milieu d’un entrepôt désaffecté d’une zone portuaire.  »

***

«  – T’use pas les yeux sur ce torchon. C’est d’une béance sémantique affligeante. Tout ce qu’il y a à retenir, c’est que ton client était beurré comme un P’tit Lu et qu’il est mort noyé.  »

***

«  L’harangueuse arborait un tarbouif crochu et saillant qui émergeait d’une trogne fripée d’une maigreur cadavérique surréaliste. Sa bouche entrouverte et grimaçante, d’où émergeait des crocs jaunis par l’âge et la nicotine, exprimait l’affliction dans toute son assertion. Elle était le portrait craché de la momie de Ramsès II ou d’une Mater Dolorosa attestant des affres de sa vie.  »

Newsletter

Sky Bet by bettingy.com